Informations

Vous souhaitez en savoir plus sur Samuel Moorat, le collège de Paris, les mekhitaristes, les agissements du Vatican. Lisez l’éveil de l’Arménie. Les éditions du Bosphore Onnik Jamgocyan est un ancien élève du CASM de Sèvres.

L’année 1846 marque l’éveil des Arméniens, le point de départ vers la renaissance d’une nation. Les notables, concentrés dans la capitale ottomane, s’intéressent enfin au sort de leurs compatriotes dans les provinces anatoliennes. Ils luttent contre la famine qui y sévit, et l’illettrisme lié à l’absence d’école. Meguerditch Béchiktachlian, un poète catholique, prêche la laïcité. Il appelle à la fraternité de son peuple au grand dam de Rome. Déroyents publie le journal Hayasdan (Arménie), avec l’accord du Sultan. L’éveil s’amplifie en 1855 : Gabriel Aïvazovski et Ambroise Calfa fondent La Colombe de Massis à Paris, tandis que Meguerditch Khrimian sort L’Aigle de Vaspouragan à Uskudar. En 1860, Meguerditch Dikranian publie un abécédaire kurde-arménien et souhaite des réformes au Kurdistan. L’année où les Lusignan d’Orient travaillent à un royaume d’Arménie et portent les espérances de leurs compatriotes. Soucieux de leur bien être, ils agissent comme les plus fidèles sujets de la mosaïque ottomane. Onnik Jamgocyan retourne aux sources, dépouille et exploite à merveille la presse arménienne du 19ème siècle grâce à une totale proximité avec ce monde, profite de sa maitrise du turc pour compléter sa recherche, et nous propose une histoire inédite du peuple arménien. Il montre le rôle de la « nation fidèle » dans les réformes de l’agriculture et de l’agronomie ottomanes. Il propose un chapitre clair et d’une très grande originalité sur Chouchi, la Perle du Karabagh, sujet ô combien d’actualité.